Catégories

Adhésion

Le Président de la CAPC rencontre la presse

Conjoncture économique, situation des entreprises, le marché informel, la LF 2022, nos propositions, … 

Devenue une tradition, le président de la Confédération Algérienne du Patronat Citoyen, M. Mohamed Sami Agli, a animé aujourd’hui 17 octobre 2021, sa conférence de presse de la rentrée sociale.

Cette rencontre marquée par la participation de plus de 50 journalistes des médias nationaux et internationaux représentés en Algérie a été une occasion pour le président d’expliciter les visions de l’organisation, d’évaluer la conjoncture économique, de commenter les actions du gouvernement, d’éclairer sur nos propositions et de partager notre plan d’action pour les mois à venir.

Les principales déclarations du Président de la CAPC :

  • Conjoncture économique :

« L’heure est à la mobilisation de tous, à la mise en œuvre urgente du plan d’action du gouvernement avec comme mot d’ordre l’entreprise au cœur de la politique économique, au déblocage de l’investissement avec un cap sur la réforme bancaire, fiscale et administrative »

Plan de relance économique :

« L’attente est énorme et une grande partie des PME/TPE (représentent plus de 95% de notre tissu industriel) sont dans une situation de précarité. Le plan de relance économique est le plan de la dernière chance. Nous n’avons plus le droit à l’échec »

Crise économique :

« Nous plaidons pour que les années 2019, 2020 et 2021 soit déclarées comme étant des années de crise majeure qui nécessite donc des mesures spécifiques et adaptées »

Entreprise en difficultés:

«Nous plaidons pour des mesures urgentes et courageuses pour les entreprises qui n’ont pas les moyens de maintenir leurs activités et emplois»

Pouvoir d’achat :

« Nous ne pouvons pas construire une économie forte sur un pouvoir d’achat fort »

L’informel :

« Ce phénomène hypothèque la vie de nos entreprises et de notre économie. L’argent qui circule dans l’informel est énorme. Il représente un véritable danger pour la sécurité du pays … La lutte contre l’informel est l’affaire de tous»

La bureaucratie :

«La bureaucratie est un véritable fléau qu’il faut combattre. C’est une autre forme de terrorisme»

Privatisation des entreprises : 

« L’ouverture de capital est avant tout un acte d’investissement, de relance et de rentabilité»

Le secteur privé et la relance :

« Il est temps de faire confiance au secteur privé car il peut porter, avec l’ensemble du tissu industriel national, le processus de relance et la nouvelle dynamique que souhaite insuffler l’Etat … L’expérience internationale nous a enseigné que les plus grandes économies du monde doivent leur développement à un secteur privé puissant »

  • Dépénalisation de l’acte de gestion :

« Nous n’appelons pas à l’impunité. Nous disons juste qu’un gestionnaire doit être en mesure de prendre des initiatives dans les limites prévues par la loi sans avoir une épée de Damoclès au-dessus de sa tête »

Subvention : 

La CAPC, ses adhérents sont fiers d’appartenir à un Etat solidaire et nous sommes pour un Etat solidaire et pour une politique de solidarité, mais la solidarité ne veut pas dire gaspillage… Elle doit être consacrée exclusivement à nos compatriotes qui ont en le plus besoin»

Notre vision :  

«La CAPC milite pour une économie prospère, compétitive et solidaire. Son but est d’agir en faveur d’un environnement optimal pour l’économie Algérienne»

La Concertation :

«Les pouvoirs publics doivent associer les acteurs économiques dans l’élaboration des réformes économiques, des lois, … nous sommes sur le terrain et nos propositions ne peuvent qu’être utiles afin d’éviter l’inadéquation de ces lois avec la réalité du terrain, éviter l’instabilité juridique»

Laisser un commentaire